Peintre et sculpteur

Corps combustibles, de Yvon Canova, extrait N°2, 2009

Il y a chez Perez le courage d’une mal peinture, d’une peinture qui reste violemment ouverte, pas finie, mal finie. C’est une peinture qui se retourne contre l’art de peindre. Non seulement elle court ce risque, mais elle prend, avec la brutalité qu’accorde la nature aux créatures qui donnent la vie. La peinture de Perez est en gestation. Elle a un goût d’épices, d’argile neutre. C’est une peinture de terre, trouvant dans la terre son principe et son chemin. C’est une peinture tonique qui puise dans le terroir et le minerai son éclat sourd.

Les toiles sont des falaises. Je crois que je marche au bord. Des corps étranges me dominent. Ils sont les piliers d’un temple où le dieu qu’on pourrait y vénérer est splendidement absent, ignoré…

Powered by WordPress | Designed by Elegant Themes